Publicité 

   Accord du participe passé avec l'antécédent du relatif

Lorsque le participe passé est en rapport avec un pronom relatif, soit que celui-ci représente le sujet (la femme qui est tombée), soit qu'il représente le complément d'objet direct (la femme que j'ai vue), le participe passé s'accorde, selon la règle générale de l'accord du participe passé, avec l' antécédent du pronom relatif (la femme, dans nos deux exemples).

Il peut y avoir un problème si le pronom relatif renvoie à plusieurs antécédents (l'homme et la femme que j'ai vus).

Il faut alors savoir si les antécédents s'ajoutent ou ne s'ajoutent pas. Avec les coordinations qui habituellement ajoutent un terme à l'autre (et, virgule) l'accord se fait au pluriel. Mais la coordination ne comporte pas toujours cette idée d'addition, en particulier, avec :

- les conjonctions de comparaison "comme, ainsi que, autant que, moins que, plutôt que", etc. Lorsque les antécédents s'ajoutent, l'accord se fait sur les deux. Lorsqu'ils ne s'ajoutent pas, on fait l'accord avec le premier.

La fille, comme le père, est venue.
Ne s'ajoutent pas.

La fille comme le père sont venus.
S'ajoutent.

C'est le fils autant que le père que j'ai invités.
s'ajoutent.

C'est la fille plutôt que le père que j'ai invitée.
Ne s'ajoutent pas.

- les coordinations "ou, ni". Lorsque les antécédents s'ajoutent, l'accord se fait sur les deux. Lorsqu'ils ne s'ajoutent pas, on fait l'accord avec le dernier.

Voir aussi : Règles générales de l'accord du participe passé, Plusieurs sujets

 Publicité 


Recevez notre newsletter !
facebook twitter google+
Suivez-nous !

FAQ

CONTACT

haut