ABRÉGÉ, nom

règle-cordial

Définition de abrégé

nom masculin singulier
  1. Réduction, miniaturisation.
  2. Ouvrage résumant une technique, un art.

Expressions françaises avec abrégé

En abrégé : Mots, textes réduits à peu de signes.




Difficultés de abrégé

Orthographe
Change le "é" en "è" devant une syllabe muette : "tu abrèges", sauf au futur et au conditionnel : "j'abrégerai". Prend un "e" après le "g" devant un "a" ou "o" : "nous abrégeons".


Synonymes de abrégé


Contraires de abrégé


Exemples d'utilisation de abrégé

développement d'abrégés
"2000 développement d'abrégés recherchés parmi 50 sur un texte de 150 pages en moins de 15 secondes, sur TT." (Synapse Développement 1994-2007 "Courrier utilisateur")

bon abrégé
"13 je finis ce chapitre en donnant pour dernier avis celui qui doit être le premier, savoir que ceux qui veulent étudier l'histoire, doivent d'abord faire choix de quelque bon abrégé, pour le lire avec exactitude avant que de s'engager dans la lecture des originaux." (Jean Mabillon 1691 "Traité des études monastiques")

excellent abrégé
"Je le choisis parce qu'il fournit en soi un excellent abrégé de la manière accoutumée de l'auteur." (Edgar Quinet 1838 "La vie de Jésus-Christ, du Docteur Strauss")

petit abrégé
"J'ai pensé qu'il était bon de citer ce petit abrégé de l'histoire de notre monarchie avant qu'elle fût constitutionnelle." (Benjamin Constant 1800-1829 "Correspondance de Benjamin Constant avec Madame Lindsay")

abrégé historique
"Mangogul apprit, à sa propre satisfaction et à l'honneur de son système, que c'était un abrégé historique des amours d'un vieux pacha à trois queues avec une petite jument, qui avait été saillie par une multitude innombrable de baudets, avant lui." (Denis Diderot 1747 "Les bijoux indiscrets")

abrégé de l'histoire
"J'ai pensé qu'il était bon de citer ce petit abrégé de l'histoire de notre monarchie avant qu'elle fût constitutionnelle." (Benjamin Constant 1800-1829 "Correspondance de Benjamin Constant avec Madame Lindsay")

abrégé de l'univers
"Cette pierre est comme un symbole, un abrégé de l'univers." (Auguste-Théodore Hilaire Barchou de Penhoen 1833 "Schelling - Philosophie de la nature")

abrégé des merveilles
"La naine, un abrégé des merveilles des cieux." (Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière 1666 "Le Misanthrope")

abrégé du monde
"Les écrivains mystiques dont j'ai parlé dans les chapitres précédents voient dans l'homme l'abrégé du monde, et dans le monde l'emblème des dogmes du christianisme." (Anne-Louise Germaine Necker de Staël-Holstein, dite Madame de Staël 1810 "De l'Allemagne tome I et II")







Une question, une suggestion  ? Écrivez-nous !

Copyright @ Synapse Développement 2019