langage – Le blog de Cordial

Parcourir les Tags : langage

God save the french ! L’onde de choc du Brexit sur la langue Française

l'onde de choc du Brexit sur la langue française

C’était le mot de l’année 2016 : BREXIT ! Le séisme anglais qui a fait trembler et choqué toute l’Europe. En ce début d’année 2017, comment ne pas revenir sur cet événement marquant de 2016 et sur les conséquences de celui-ci dans les années à venir. En effet, comme on le sait, si le Brexit a automatiquement engendré des conséquences sur l’économie européenne, on n’imaginait moins celles entraînées sur notre douce langue française, et pourtant…

Actuellement la 2ème langue la plus parlée en Europe (après l’allemand), le français pourrait bien se démarquer dans l’avenir. En effet, on estime que d’ici 2050, il y aura plus de 700 millions de francophones dans le monde. Un vrai défi pour les traducteurs et les correcteurs qui risquent de devoir changer de spécialité !

Comment le Brexit va propulser le français dans le monde ?

Après le Brexit, nombreux sont ceux qui se sont demandés si l’anglais devait rester la langue officielle de l’Union Européenne. Quelle serait sa légitimité, alors que l’anglais n’est plus que la langue officielle de l’Irlande et de Malte, soit 1% de la population européenne.

Le Wall Street Journal cite des sources anonymes qui affirment que la Commission va désormais privilégier le français et l’allemand. Jean-Claude Junker, son président, ne devrait intervenir qu’en allemand et en français au Parlement européen. Une information qui n’a pas laissé de marbre les francophiles, bien déterminés à gagner cette bataille. D’aucuns parlent même de « justice linguistique » !

Quelles conséquences dans les écrits internationaux en français ?

Jusqu’ici l’Observatoire des écrits mené par l’équipe Cordial, correcteur orthographique et de grammaire de référence pour le français, montrait des emprunts et des calques essentiellement dus à des usages linguistiques locaux et culturels ou à des anglicismes.

Dans quelques mois, si le français gagne encore en locuteurs, ces types d’erreurs spécifiques seront rejoints par de nombreuses autres liées à des langues maternelles bien plus variées.

De même, de nouveaux mots pourraient très prochainement faire leur apparition et enrichir le vocabulaire français. En effet, au cours des siècles, le lexique du français a été très influencé par les diverses langues avec lesquelles il s’est trouvé en contact au travers des guerres et des échanges culturels. Préparons-nous donc à adopter de nouveaux mots suédois, estoniens ou encore tchèques dans notre future langue française.

Et vous, souhaiteriez-vous faire intégrer des mots étrangers dans la langue française ? Et si oui lesquels ?
N’hésitez pas à nous laisser votre commentaire sur le sujet 😉

Sophie Muller – Chef de Produit Cordial

Le robot est à la mode, alors parlons-en !

vignette-robot

La science-fiction n’est plus la seule à exploiter les rêves technologiques, la notion d’intelligence artificielle, d’homme augmenté. Après tout, la médecine prolonge l’espérance de vie et réduit les causes de mortalité, les transports nous mènent aux quatre coins du globe, les télécommunications relient les hommes entre eux. La technique est comme une réponse à tous les maux du siècle. Les innovations émergent, semblent à première vue superflues, mais se révèlent au fil des années indispensables. Des révolutions dans notre quotidien !

Actuellement, il est tout à fait possible de corriger ou de réparer certains dysfonctionnements du corps humain. Les lunettes corrigent la vue, le pacemaker stimule le rythme cardiaque, les prothèses remplacent les parties manquantes ou usées du corps. Mais ces exemples ont tous un point commun : ils n’accroissent pas les capacités, mais servent à les maintenir. L’homme retrouve ainsi des facultés normales. En effet, aussi tentant que cela puisse l’être, les technologies d’amélioration des facultés humaines soulèvent nombre de questions, notamment par rapport aux risques directs et effets secondaires.

Et si l’on passait de l’homme réparé à l’homme augmenté ? Et si l’on transcendait l’être humain avec les innovations technologiques ?

Grâce aux avancées technologiques, l’homme est capable de plus en plus de prouesses. Ainsi, un robot autonome baptisé STAR a surpassé l’humain dans une intervention chirurgicale. Un bracelet révolutionnaire moins cher qu’un biberon détecte les maladies cardiaques des nouveaux-nés. Ou encore, Digital Lollipop, une sucette numérique qui introduit le sens du goût à Internet grâce à une palette gustative. Imaginez-vous devant votre télévision en train de regarder une émission culinaire et de goûter ce que vous voyez !

Bien que présentes dans des domaines spécifiques et techniques, certaines avancées technologiques sont plus accessibles et conçues pour être utilisées au quotidien. C’est le cas par exemple des lunettes intelligentes qui préviennent les cyclistes lorsqu’une voiture s’approche d’eux. De l’application Google Traduction qui traduit instantanément ce que vous dites ou entendez dans la langue souhaitée. Ou bien encore des correcteurs d’orthographe, qui comblent les lacunes et interviennent afin de pallier les difficultés de la langue, valoriser les connaissances, faire de vous un auteur augmenté.

Alors pourquoi ne pas devenir un homme augmenté en utilisant les technologies de demain ? Car après tout, ces objets utilisés tous les jours et qui augmentent nos capacités, ont également été les innovations d’hier, et ont amélioré notre quotidien, jusqu’à devenir indispensables.

Sophie MULLER – Chef de produit Cordial

Vive la langue française !

francophonie

Comme vous le savez, Cordial, c’est la correction par un ordinateur depuis plus de 20 ans. Son équipe innove tous les jours en observant la façon dont les gens écrivent sur le service de correction en ligne www.cordial-enligne.fr. Il est utilisé par près de 220 000 utilisateurs par mois. Les analyses sur cette masse de données constituent, de fait, un observatoire des erreurs réelles et de leur évolution.

Cet observatoire permet d’analyser des erreurs d’une population qui n’est pas forcément en confiance avec l’orthographe et la grammaire, mais qui reste soucieuse de bien écrire. Cette population, assez différente de celle analysée par la plupart des études, permet de relever de nouveaux indices issus de productions réelles et non de tests sur les irrégularités et autres « pièges » de la langue française.

Premier constat : les erreurs relatives à des règles jugées difficiles sont relativement peu fréquentes. Les erreurs portant sur l’accord verbal ou le participe passé ne représentent ainsi que 2 % des erreurs.

Autre idée reçue battue en brèche, le langage SMS est peu représenté. Par contre, cette année 2015 a vu l’émergence de formes issues de l’oral telles que « C’est qui qui doit passer ? » ou « Elle est où ta voiture ? ». Cela constitue une évolution tout à fait classique dans toutes les langues : la langue parlée évolue sans cesse tandis que le signe graphique s’adapte plus lentement.

Nous nous sommes donc penchés sur les types d’erreurs ayant le plus largement progressé afin de dégager des tendances sur les écrits actuels.

  • Les erreurs orthographiques (15,1% des erreurs) : 20% de ces erreurs proviennent d’un oubli d’accent. « Même », « être » et « plaît » (ce dernier étant le seul concerné par la réforme de l’orthographe) figurent le top 3 des pertes d’accent circonflexe. Doit-on incriminer des claviers peu adaptés à la langue française? Cette piste semble avoir convaincu le ministère de la Culture et de la Communication qui a chargé l’AFNOR de concevoir un nouveau clavier plus francophone.
  • L’oubli de la virgule (6,8 % des erreurs) : Si l’oubli d’une virgule peut paraître anodin, il change parfois le sens de la phrase et occasionne très souvent des erreurs d’accord. Il semble que la ponctuation soit la grande victime des nouvelles habitudes d’écriture.
  • Les erreurs de confusion entre deux mots (3,8 % des erreurs) : Les confusions « a » et « à », « ou » et « où», « sa » ou « ça », « sait – c’est – ses – ces » représentent à elles seules plus de 7 % de ces erreurs. À nouveau, on note que les cas de confusion les plus fréquents sont dus à des mots non accentués. Lorsqu’ils font des erreurs sur le genre, les utilisateurs emploient 6 fois sur 10 le masculin à la place du féminin. La prédominance du masculin induit donc encore des nombreuses erreurs.

La langue française, usez-en et abusez-en !

Célébrons le français en l’utilisant à tout-va.
Mieux vaut l’écorner un peu que le délaisser.

Sophie MULLER – Chef de produit Cordial