français – Le blog de Cordial

Parcourir les Tags : français

Le français, langue internationale par excellence !

carte-pays-francophones

Pour clôturer ce mois de la francophonie, découvrez notre infographie de la place de la langue française dans le monde !

En effet, avec plus de 274 millions de locuteurs à travers le monde,  le Français a le vent en poupe.

Langue d’enseignement très forte, la deuxième apprise après l’anglais, parler français est reconnu comme un avantage professionnel en Europe, et au-delà.

Le français est également la 2e langue maternelle parlée en Europe, et la 4e langue la plus utilisée sur Internet.

D’ailleurs, cette place toute particulière accordée à cette langue n’est pas récente. Déjà, sous les règnes de Louis XIV et de Napoléon, le français était considéré comme une langue prestigieuse et d’excellence. Elle était régulièrement parlée à la cour des divers souverains européens. Et aujourd’hui encore, le français a une place particulière puisque c’est la seule langue avec l’anglais à être parlée sur les cinq continents.

Sophie Muller – Chef de Produit Cordial

 

infographie-langue-française

 

Francophonie : 10 expressions originales d’ici et d’ailleurs

 

cameleon-francophonie

 

Qui dit mois de la francophonie et de la langue française, dit expressions originales !

Et pour cause, avec 274 millions de locuteurs sur les 5 continents, on peut dire que les francophones ont le sens de la formule, et chez Cordial on adore ça. Découvrez nos 10 expressions francophones préférées, et leur signification.

1. Conduire dans les tablettes de chocolat – Sénégal

Autrement dit : conduire sur une route abîmée, défoncée. Une belle métaphore qui réveille notre gourmandise.

2. Le chat est sorti du sac – Canada

Autrement dit :  vendre la mèche, dévoiler la vérité ou comme on dirait en France, « découvrir le pot aux roses ».

3. Tomber dans les pommes – France

Autrement dit : s’évanouir. Une expression bien douloureuse quand on voit la fermeté de certaines pommes.

4. Après moi les mouches – Belgique

Autrement dit : peu m’importe ce qu’il arrivera ou comme on dirait en France, « après moi, le déluge ». 

5. Il ne faut pas être plus catholique que le pape – Canada

Autrement dit : faire plus de zèle que la personne concernée, ou encore, aller trop loin dans ses pensées, dans ses actions.

6. Faire un clopet – Suisse

Autrement dit : faire un petit somme, une sieste.

7. Aller au pas de Caméléon – Congo

Autrement dit : marché lentement, très lentement. Expression moins utilisée dans les pays où les caméléons se font plus rares.

8. Passer la nuit à l’amigo – Belgique

Autrement dit : passer la nuit au poste de police.

9. Se faire rouler dans la farine – France

Autrement dit : se faire duper, tromper. Cette expression tire potentiellement son origine de la farine que les comédiens mettaient sur leur visage pour se maquiller et ainsi éviter qu’on les reconnaisse au 19e siècle.

10. Aller dans le bain avec ses skis – Canada

Autrement dit : être maladroit ou comme on dirait en France, « mettre les pieds dans le plat »

C’est tout pour aujourd’hui, mais nous vous invitons à découvrir plus d’expressions francophones sur le site de TV5 Monde, avec les superbes illustrations d’Archibald.

Et surtout, n’hésitez pas à partager avec nous vos meilleures expressions francophones, nous sommes impatients de les lire !

 

Sophie Muller – Chef de Produit Cordial

 

God save the french ! L’onde de choc du Brexit sur la langue Française

l'onde de choc du Brexit sur la langue française

C’était le mot de l’année 2016 : BREXIT ! Le séisme anglais qui a fait trembler et choqué toute l’Europe. En ce début d’année 2017, comment ne pas revenir sur cet événement marquant de 2016 et sur les conséquences de celui-ci dans les années à venir. En effet, comme on le sait, si le Brexit a automatiquement engendré des conséquences sur l’économie européenne, on n’imaginait moins celles entraînées sur notre douce langue française, et pourtant…

Actuellement la 2ème langue la plus parlée en Europe (après l’allemand), le français pourrait bien se démarquer dans l’avenir. En effet, on estime que d’ici 2050, il y aura plus de 700 millions de francophones dans le monde. Un vrai défi pour les traducteurs et les correcteurs qui risquent de devoir changer de spécialité !

Comment le Brexit va propulser le français dans le monde ?

Après le Brexit, nombreux sont ceux qui se sont demandés si l’anglais devait rester la langue officielle de l’Union Européenne. Quelle serait sa légitimité, alors que l’anglais n’est plus que la langue officielle de l’Irlande et de Malte, soit 1% de la population européenne.

Le Wall Street Journal cite des sources anonymes qui affirment que la Commission va désormais privilégier le français et l’allemand. Jean-Claude Junker, son président, ne devrait intervenir qu’en allemand et en français au Parlement européen. Une information qui n’a pas laissé de marbre les francophiles, bien déterminés à gagner cette bataille. D’aucuns parlent même de « justice linguistique » !

Quelles conséquences dans les écrits internationaux en français ?

Jusqu’ici l’Observatoire des écrits mené par l’équipe Cordial, correcteur orthographique et de grammaire de référence pour le français, montrait des emprunts et des calques essentiellement dus à des usages linguistiques locaux et culturels ou à des anglicismes.

Dans quelques mois, si le français gagne encore en locuteurs, ces types d’erreurs spécifiques seront rejoints par de nombreuses autres liées à des langues maternelles bien plus variées.

De même, de nouveaux mots pourraient très prochainement faire leur apparition et enrichir le vocabulaire français. En effet, au cours des siècles, le lexique du français a été très influencé par les diverses langues avec lesquelles il s’est trouvé en contact au travers des guerres et des échanges culturels. Préparons-nous donc à adopter de nouveaux mots suédois, estoniens ou encore tchèques dans notre future langue française.

Et vous, souhaiteriez-vous faire intégrer des mots étrangers dans la langue française ? Et si oui lesquels ?
N’hésitez pas à nous laisser votre commentaire sur le sujet 😉

Sophie Muller – Chef de Produit Cordial

La réforme de l’orthographe, pourquoi en parler ?

nenufar

Cette réforme a plus de vingt-cinq ans, pourtant elle n’a jamais vraiment été appliquée en France.

En effet, les tentatives de changement dans la langue via la législation ont toujours été inefficaces. La seule méthode qui a fonctionné a été de l’imposer par l’éducation dès la petite enfance. Par exemple, à partir de 1881, les enfants qui parlaient occitan à l’école ont été punis conformément aux recommandations du ministre Jules Ferry. Cela a conduit à une dévalorisation de la langue occitane appelée la vergonha (la honte).
C’est ce que tente de faire le gouvernement français cette année en l’imposant dans les manuels scolaires. Cela a déjà marché, principalement parce que les changements étaient perçus à l’oral, forçant ainsi les parents à apprendre au contact de leurs enfants.

Alors cette réforme, qui ne touche que l’écrit, sera-t-elle un échec ?

C’est l’usage qui nous le dira ! Il est indispensable d’observer l’évolution de la langue pour savoir quels mots vont être utilisés. C’est aux francophones qu’il appartient de choisir d’appliquer ou pas cette réforme et de déterminer si elle leur simplifie la vie et surtout l’écrit. Car la langue française appartient à ceux qui l’utilisent et ce sont eux qui auront le fin mot de l’histoire. Peu importe qui est pour ou contre et pourquoi.

En fait, la principale difficulté ne se pose pas lors de l’écriture. La loi impose en effet de tolérer les deux orthographes, classique et nouvelle. Si l’on est contre, rien n’oblige à l’employer, ce qui semble échapper à bon nombre de commentateurs de cette réforme.

Seule l’identification des erreurs sera plus compliquée. Ainsi, les tweets les plus populaires sur cette réforme se moquent de la disparition de l’accent sur « chômage », « impôts » ou « jeûne ». Pourtant, aucun de ces mots n’est touché par la réforme, contrairement au verbe « jeuner », qui perd son accent circonflexe. Une seule difficulté demeure : comment signaler à son collègue, à son enfant, à un élève ou un étudiant, qu’il a fait une faute si l’on ne maitrise pas l’ensemble des orthographes alternatives ?

Si vous n’utilisez pas la nouvelle orthographe, vous devrez par contre apprendre à la tolérer dans les écrits des autres.

Sophie MULLER – Chef de produit Cordial